Mille, le soir du monde

 

Un chroniqueur rapporte qu’à l’approche du nouveau millénaire « en Lotharingie il y eut une rumeur annonçant le retour prochain de l’Antéchrist ». A partir de cette simple phrase, Sylvain Chimello a imaginé un récit qui raconte les derniers mois précédant le passage à l’an mille en Lorraine.

Les terreurs de l’an mille sont-elles des légendes ou des réalités historiques ? Le millénarisme a passionné les médiévistes mais n’a jamais fait l’objet d’un récit romancé.

Au fil de ce livre, l’auteur nous invite à le suivre sur les antiques voies qui traversaient la Lorraine et reliaient ses hauts lieux. Les abbayes d’Epinal, de Bouxières et surtout de Gorze, qui rayonne alors sur l’Europe entière, Metz et sa cathédrale, les châteaux de Dieulouard et de Sierck… sont le théâtre de controverses théologiques et d’étranges confrontations plus matérialistes, sous le regard intéressé de voisins  avides de richesses.

Les rumeurs de fin du monde perturbent les villes et les campagnes tandis qu’une inquiétante procession emmène une foule d’hérétiques, de déshérités et d’esprits terrorisés vers un futur incertain.

Si une partie de cette histoire est imaginaire, la vie quotidienne et les événements de l’époque sont décrits par le romancier avec la rigueur de l’historien passionné. 

A la charnière des deux premiers millénaires, les pouvoirs religieux et civil s’affrontent, une noblesse terrienne émerge, la religion catholique cherche à assurer sa suprématie définitive sur les dernières manifestations du paganisme… La frontière entre l’adoration des reliques et les croyances populaires toujours empreintes de magie reste ténue.

 

Dans ce monde en profonde mutation, le lecteur est invité à suivre les aventures de Guillaume et ses compagnons : Olderic, un guerrier saxon, et Albert, un moine érudit qui sait  apprécier les plaisirs terrestres.

De nombreux figures religieuses ayant vécu en l’an mille sont évoquées avec précision dans ce livre : Adalbéron II, le puissant évêque de Metz, les moines lombards (Guillaume de Volpiano) et irlandais (Fingenius) séjournant à Metz, les abbesses (Bertrade et Hirmengarde), les évêques souabes de Toul (Haimon) et Verdun (Berthold), des abbés, des savants qui témoignent de l’importance des échanges d’idées à l’époque… Gérard, comte de Metz, et René, l’architecte de la cathédrale, jouent aussi un rôle important tandis que le mystérieux maître de la Grande Procession entraîne derrière lui les faibles et les laissés-pour-compte.

PRIX : 20 €, 286 p., 15x21cm, ISBN 978-2-9570248-2-7

    © 2020 par Sylvain CHIMELLO. Créé avec Wix.com

    • Facebook